Une erreur est survenue dans ce gadget

jeudi 16 octobre 2014

La même Tour Porte vue de la meurtrière de la tour ouest:
Petit coup d'oeil dans les hauteurs de l'échafaudage et une vue inhabituelle sur la Tour Porte du XVème siècle:
Des témoins sont posés sur les fissures de la façade; depuis la confortation du bâti, rien n'a bougé.
On a découvert un clandestin caché dans la muraille:
Pour stabiliser la façade et la tourelle est, les échafaudages sont mis en place jusqu'à 15 mètres de hauteur:


Le portail du château et la tourelle est -celle qui a survécu au chaos- sont stabilisés avec des ouvrages en bois:




Toutes les pierres ont été récupérées et mises au sec, un système drainant est installé dans le passage charretier et autour des piliers qui supportaient les tourelles
Une fois le pilier gauche de la façade sud déblayé, on découvre une curieuse anfractuosité géométrique traversant l'épaisseur du mur de façade; est-ce une cache? est-ce plutôt l'emplacement de "chaînage" de poutres pour solidariser le pilier à son mur de façade?

jeudi 9 octobre 2014

Après le chaos, les pierres  en bon état sont récupérées et mises au sec:
Deux pierres symboles du château:
une croisée d'ogives  blason de la famille Juvénal des Ursins propriétaire à partir de 1446

ainsi que l'écu du pinacle de la façade sud qui a fait une chute de 14 mètres de haut.

Encore un modillon intact avec une pierre de taille à patte d'oie.
Dans cet amoncellement de pierres, de belles pierres ouvragées sont retrouvées intactes et pourront être sauvées: une tête d'ange et plusieurs modillons de la corniche en haut de la façade sud.
Après l'effondrement de la tourelle de la façade sud en 2013, il reste un amas de décombres, des pierres de taille à récupérer et mettre au sec...en attendant des jours meilleurs...

jeudi 23 janvier 2014

Ce pâle soleil d'hiver peine à réchauffer la forteresse endormie.
Vu de la route, le château sort des brumes de l'hiver qui s'éternise...